Et il me dit 

 

Et il me dit :
     Soumets-toi à moi
     Je serai ton maître

     Ton guide qui te suffira
     Je te conduirai

     sur le chemin de la vérité

 

Et il me dit :

     Ôte tes sandales
     Dépouille-toi

     de tout ce qui n’est pas toi
     Livre-toi à ma sagesse

     et marche sur mes traces

 

Et il me dit :

     J’aurai sans cesse le regard rivé sur toi
 

     Tu ne sombreras point

     Tes yeux seront fermés

     Car les miens désormais ouverts sur toi

 

Et il me dit :

     Le moment est arrivé
     ton maître est là

     Celui qui n’a pas de maître

     égare sa voie

 

Et il disparut au moment même
     où je m’apprêtai à le suivre


 

Sans bruit/War … Zat

 

1
Sans… Bruit

Tu t’apprêtes à accueillir tes hôtes
êtres de projection et de réception
offrant un moment de sérénité

à l’âme assoiffée d’absolu

et d’éternité

Sagesse désabusée
Incurable avidité

 

Sans.. Bruit

Tes fresques en pisé

Pierres venues d’ailleurs
 

Tes regards étoilés

à l’affût d’harmonie
brodent dans les cœurs
un fil d’espoir construit
et reconstruit

ne meurt pas de sa mort

renaît dans les replis de tes nuits 

 

Sans.. Bruit

L’eau jaillit de tes profondeurs

 

Ton four
l’athanor

dans son alchimie

 

 

sacrifie son tas

et devient nour

2
purifie les rancoeurs
adoucit les aiguillons

 

Sans.. Bruit

Tu danses sur les vagues du rêve
Souffles

Vibrations
Essoufflement
Ahwaches

3

Tes ballerines divines
voguent

au rythme ivre des amants
Tes notes de lumière

frissonnent jusqu’au ravissement
Aveugles, tes convives boivent

les gorgées de ton rythme

Le cercle en transe

erre dans un tourbillon d’ivresse
Un pas, deux

Puis un et deux

 

Extrême euphonie
Etourdissement
L’univers est symphonie

 

Sans... Bruit

Sultane des  humbles

frugale  et  Somptueuse
 

Aux lueurs aînées de l’aube
Ton chevalier invisible


Emir des équivoques

te conduit
élégamment

sur les ailes colorées d’un papillon
au bord …du poème

 

Vertige 
 

Dans la matrice de l’immensité 

je te porte une éternité 

je te porte un sens 

mûrissant dans mes entrailles 

jusqu’à la vieillesse 

de moi tantôt s’approchant 

tantôt se détachant 

s’agitant 

aux grés de mes vicissitudes 

grandissant 

     grandissant 

          grandissant 

Vertiges et égarements 

me taraudent 

et les ouragans de la passion 


Subitement 

un appel à l’existence de toi s’empare 

et le désir de paraître afflue en ton être 

Mon corps refuse la désunion 

Mes sens crient angoisse et tressaillement 

Tu t’obstines à prendre forme 

J’acquiesce 

Tu éclates des replis de mon être 

un sens qui meut toutes les lettres 

Tu jaillis de la glaise de mon indigence 

une lueur perçant le voile de l’ignorance 

Tu t’extirpes hors de moi 

au fin fond de l’univers 

emportant le sens de ma quintessence 

me léguant la perpétuelle quête de ton essence 

et la nostalgie le secret de mon existence 

Corps mutilé 

coeur supplicié 

je ne suis désormais que le reflet de ton reflet 

l’ombre effacée au fond de ton miroir 

le désir en moi brûle de désir de te voir 

Mes forces s’ébranlent 
 

Des états d’une effarante complexité 

de moi s’emparent 

                         arrachement 

               déchirement 

          propos 

                   recueillement 

          enivrement 

                         dégrisement 

                                   délaissement 

          relâchement 

                         nostalgie 

               ironie 

                                          angoisse 

                      mélancolie 

          lassitude 

                         folie 
 

A part toi 

y a t-il une vérité ? 
 

Tu es la vérité des vérités 

la substance de l’unicité 

Au tréfonds de moi 

tout est confusion 

la force est faiblesse 

le doute est certitude 

la joie est empreinte de tristesse 

je ne sais plus qui je suis 

je voudrais hurler ou murmurer 

peu importe : 

Qu’importe 

tout ce qui n’est pas toi ?